NEPAL : Manakamana, la montagne des sacrifices - Michael Bunel
        
NEPAL : Manakamana, la montagne des sacrifices
Connu comme étant un des trois lieux où se déroulent encore des sacrifices d’animaux au Népal, Manakamana située à 1302 mètres d’altitude sur la route de Katmandou à Pokhara est une ville sainte. Son temple est dédié à la déesse hindoue Bagwati, une incarnation de Parvati qui est sensé réalisé les voeux des pelerins. Construit au cœur de ce petite village perché qu’est Manakamana le temple accueille de nombreux fidèles. Hindous d’Inde et du Népal se partagent les hôtels de la ville, vite bondée les week-end et jour de festival.
La religion officielle en Inde ayant réprouvé la pratique sacrificielle d’animaux pour le remplacer par celui de végétaux c’est donc au Népal que certains Indiens viennent honorer cette tradition et ainsi espérer voir leurs vœux réalisés. On voit ainsi de jeunes couples viennent ici dans l’espoir d’obtenir un héritier mâle, des familles viennent pour souhaiter le réussite scolaire de leurs enfants ou tout simplement pour une réussite financière future.
Dès le matin, des centaines de personnes font la queue les bras plein d’offrandes, avec un poulet, une chèvre ou de simple fleurs. Les pèlerins attendent patiemment leurs tours pour passer devant la divinité, faire bénir leurs offrandes pour ensuite les offrir. Ils agitent ensuite les cloches sensées interpellées la déesse. Celles-ci résonnent donc toute la journée dans la ville. Après le passage au temple, les animaux sont récupérés et emmenés à l’arrière du temple où dans une cour fermée, plus ou moins à l’abri des regards, ceux-ci sont sacrifiés. Les bourreaux se doivent, pour un meilleur présage, de tranchés net la tête des animaux. Un petit autel dédié a Bagwati orne le cour baigné dans le sang des animaux qui lui sont offerts. La viande est utilisée en majorité par les restaurants de la ville. Des Sadhous sont là pour assurer les faveurs des dieux et appliqués la Tika sur le front des pèlerins.
Cette pratique ancestrale est régulièrement attaquée par les défenseurs de la cause animal. Tous les ans, Brigitte Bardot intervenait pour dénoncer ces sacrifices, notamment lors de la fête de Gadhimai où des milliers de boeufs étaient sacrifiés; En 2015, le gouvernement Népalais a interdit ces rituels sanglants de masse.
Plusieurs centaines de pelerins patientent dans la brume matinale aux abords du temple. Les bras chargés d'offrandes, ils attendent de pouvoir passés devant l'autel de Bagwati, la déesse du Temple, reincarnation de Parvati. Celle-ci est sensée exaucer les voeux des devots. Un trident (Trishula) symbole de la trinité hindouiste horne l'un des quatre coins du temple. La trinité hindouiste se compose du dieu créateur Brahma, du dieu du maintien Vishnu et du dieu destructeur Shiva, qui influencent le destin de l'humanité 18 novembre 2011. Manakamana.
Des dizaines de pelerins font la queue en attendant leurs tours de pouvoir passer devant le petit autel destiné aux offrandes. Les sacrifices sont effectués à l'arriere du temple. 18 novembre 2011. Manakamana. Nepal.
Les bourreaux du temple se rechauffent aupres du feu alors que le jour se lève. Au nombre de 4, ils se relaient à la tache toute la journée. 18 novembre 2011. Manakamana.
Vue generale sur le temple de Manakamana. Situé sur la route de Pokhara, il est l'un des trois derniers lieux saints ou des sacrifices d'animaux sont encore possible. 18 novembre 2011. Manakamana.
Des pelerins deposent des offrandes, "puja" sur le parterre du temple. Les hommes derrieres les barrieres ramassent au fur et à mesure les offrandes, pour laisser de la place aux personnes suivantes. 19 novembre 2011.
Un homme, patiente aux abords du temple avec ses deux chevres accrochées à son poignet. Poules, coqs, chevres sont les principaux animaux sacrifiés mais de riche familles peuvent parfois sacrifier un boeuf. 18 novembre 2011. Manakamana.
Plusieurs femmes s'appretent à realiser des rituels d'offrandes aux Dieux. Elles se servent de riz, de fleurs ainsi que de noix de coco. La pratique du rite sacrificiel d'animaux a été reprouvé en Inde et est remplacé par des vegetaux. Certain hindous Indiens viennnent donc au Nepal pour continuer d'exercer ce rite. 18 novembre 2011. Manakamana. Nepal.
Deux femmes prient devant l autel sacrificiel à l'arriere du temple. Le lieu saint est dedié à la déesse Bagwati, une incarnation de Parvati qui aurait le pouvoir de réaliser les voeux des dévots. 18 novembre 2011. Manakamana.
Une femme prend en photo la chevre qu'elle a ramené pour un sacrifice. Elle espere ainsi que son fils obtiendra son diplome de fin d'etude. 18 novembre 2011. Manakamana.
Un sadhu applique la "Tika" sur le front d'un enfant. Consideré comme des ascetes religieux, les sadhus renoncent aux liens de la vie materielle pour se consacrer à la recherche de la spirituelle. Les devots les consultent pour s'assurer les faveurs des Dieux. 18 novembre 2011. Manakamana.
Des dizaines de pelerins font la queue en attendant leurs tours de pouvoir passer devant le petit autel destiné aux offrandes. Les sacrifices sont effectués à l'arriere du temple. 18 novembre 2011. Manakamana. Nepal.
Trois jeunes filles allument des batons d'encens. les fumigations accompagnent toutes les cérémonies rituéliques de l’hindouisme. La fumée d’encens est chargée d’élever la prière vers le ciel. 18 novembre 2011. Manakamana.
Plusieurs cloches accrochees aux abords du temple de Manakamana. Dans la religion Hindouiste, les devots font sonnes les cloches pour prevenir les dieux de leurs offrandes. 18 novembre 2011. Manakamana. Nepal. Several bells hung around the temple of Manakamana. In the Hindu religion, the devotees sounded the bells to warn the gods of their offerings. 18 November 2011. Manakamana. Nepal.
Plusieurs personnes consultent un sadhus. En echange de quelques roupies, l'ascete prononce quelques mantras et le devot peut repartir avec des "pujas" (offrandes) tels que des fleurs ou des bougies. 18 novembre 2011. Manakamana.
L'un des bourreaux s'apprete à trancher la tete d'une chevre alors qu'un de ses collegues nettoie le sol recouvert de sang. 19 novembre 2011. Manakamana. Nepal.
Portrait de l'un des bourreaux du temple apres que celui ci vienne de decapiter une chevre. 19 novembre 2011.
Un couple de jeunes mariés immortalise à l aide d'un appareil photographique leurs passages au Temple. Les couples de mariés viennent majoritairement faire un sacrifice dans l espoir d'obtenir un heritier male. 18 novembre 2011. Manakamana.
Vue generale sur le temple et son arriere cours ou ont lieux les sacrifices. 18 novembre 2011. Manakamana.
Plusieurs personnes allument des batons d'encens. les fumigations accompagnent toutes les cérémonies rituéliques de l’hindouisme. La fumée d’encens est chargée d’élever la prière vers le ciel. 18 novembre 2011. Manakamana.
Plusieurs Sadhus attendent les pèlerins lors d'un festival à Manakamana. Les sadhus sont des ascètes hindous, qui ont renoncé à toutes les parties de la vie materielle pour se consacrer à la recherche spirituelle. Manakamana. Népal. 19 novembre 2011. Plusieurs Sadhus attendent des p
Un pelerin aide l'un des bourreaux à recuperer le corps d'une chevre dans un sac. Les pelerins peuvent repartir avec l'animal sacrifié moyennant quelques roupies de plus. Si les devots ne recuperent pas le corps, celui ci est venud au restaurant de la ville. 18 novembre 2011. Manakamana.
Un sadhu applique la "Tika" sur le front d'un pelerin. Consideré comme des ascetes religieux, les sadhus renoncent aux liens de la vie materielle pour se consacrer à la recherche de la spirituelle. Les devots les consultent pour s'assurer les faveurs des Dieux. 18 novembre 2011. Manakamana.
Un couteau nepalais, le khukuri, ou couteau Gurkha, servant au sacrifice est posé sur l'un de billots où se deroule les rituels. 18 novembre 2011. Manakamana.
Fin de journée au temple de Manakamana, les bourreaux nettoient la zone de sacrifice à l'aide d'eau pour evacuer le sang amassé sur le sol. 18 novembre 2011. Manakamana.
Top